Listuguj (Sainte-Anne-de-Ristigouche)

Paroisse: Sainte-Anne-de-Ristigouche
Municipalité: Listuguj
MRC/Territoire équivalent: Avignon
Diocèse: Rimouski
Ouverture des registres: 1842

Histoire:
Comté de Bonaventure. Diocèse de Gaspé. Les registres de cette paroisse s'ouvrent en l'année 1842. Cette mission a été établie vers 1745, sur la rive nord de la rivière Ristigouche. Auparavant, elle se trouvait sur la rive sud de cette rivière, à l'ancienne Pointe-à-la-Mission, aujourd'hui Atholville, N.B. C'est là que résidèrent les Micmacs de temps immémorial et qu'ils furent visités par des missionnaires Jésuites et Récollets de 1745 à 1773. Ristigouche fut d'abord visitée par des missionnaires, puis par les curés de Carleton jusqu'en 1843. Depuis cette dernière année, un desservant prit soin de la mission. Les RR. PP. Capucins en ont la direction depuis 1894. La paroisse de Sainte-Anne-de-Ristigouche est comprise dans les limites de la municipalité du canton de Mann, laquelle a été érigée le 1er juillet 1845 en vertu de l'Acte 8 Vict. Chap. 40. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, page 39. La paroisse de Sainte-Anne-de-Ristigouche est un lieu de pèlerinages très populaire dans toute la région de la Baie-des-Chaleurs. Les Soeurs du Saint Rosaire y dirigent une grande école avec des classes séparées pour les blancs et les sauvages. Le canton de Mann a été ainsi dénommé en l'honneur de Edward-Isaac Mann, loyaliste du Massachussetts, qui possédait autrefois de grandes concessions de terrains dans cette région. Ce canton a été érigé le 1er janvier 1842. Le R.P. Pacifique, capucin, nous écrit: «La mission de Ristigouche a été mise sous le patronage de la grande Thaumaturge pour permettre aux Micmacs, qui ont toujours eu une grande dévotion à sainte Anne, de l'honorer chez eux. Encore aujourd'hui, cette admirable Mère est en grande vénération parmi les Micmacs, qui la considèrent comme leur Reine. Restigouche a été le théâtre de la dermière bataille entre Français et Anglais le 8 juillet 1760. Ce fut un combat fatal pour les Français. L'église et 200 maisons furent incendiées. Le Père Ambroise, récollet, était alors aumônier du camp de Ristigouche. D'après M.J.M. LeMoine, Ristigouche signifierait: «Rivière divisée comme une main à son embouchure». Il y a bien un affluent en face de Kedgewick, (Five Fingers), nommé «Sesei», en micmac, c'est-à-dire «delta». Mais je ne vois rien ici qui justifie cete origine. D'après une brochure publiée à Ottawa en 1914, «Malecites Tales», le mot Ristigouche vient de deux mots micmacs: «Listo», et «gotj» (prononcez «listou Koutche») qui signifie: «Désobéis à ton père». Cette phrase étrange était un cri de guerre. Pop. 1,246. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.219)

Statistiques démographiques:

ANNÉE MUNICIPALITÉ POPULATION
2011 Listuguj (ri) 1 850
2006 Listuguj (ri) 1 475
2001 Listuguj (ri) 1 442
1996 Listuguj (ri) 1 296
1991 Restigouche 1 (ri) 920
1986 Restigouche 1 (ri) 896
1981 Restigouche 1 (ri) 1 091
1976 Bonaventure, réserves indiennes 1 303
1971 Bonaventure, réserves indiennes 1 261
1966 Bonaventure, réserves indiennes 1 220
1961 Bonaventure, réserves indiennes 1 020
1956 Bonaventure, réserves indiennes 822
1951 Bonaventure, réserves indiennes 882
1941 Bonaventure, réserves indiennes 938
1931 Bonaventure, réserves indiennes 746
1921 Bonaventure, réserves indiennes 1 222
1911 Mann et réserve indienne 1 505
1901 Mann et réserve indienne 931
1891 Mann et réserve indienne 808
1881 Mann (tp) 730
1871 Mann (tp) 635
1861 Mann (tp) 792

Sources: Ministère de l'Agriculture/Bureau fédéral de la statistique/Statistique Canada, Recensements du Canada, 1861 à 2011