Montréal (La Visitation-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie)

Photo non disponible Paroisse: La Visitation-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
Municipalité: Montréal
Arrondissement: Ahuntsic-Cartierville
MRC/Territoire équivalent: Montréal
Diocèse: Montréal
Adresse: 1847, boulevard Gouin Est, Montréal
Coordonnées: 45.570515, -73.661537
Ouverture des registres: janvier 1736

Histoire:
Comté de Laval. Diocèse de Montréal. De 1696 à 1721, les Sulpiciens y dirigèrent une mission sauvage qu'ils nommèrent «Notre-Dame-de-Lorette», et en sauvage «Ska8amoti», qui signifie «en arrière de l'île». La chapelle des sauvages servit d'abord d'église paroissiale et un curé y fut nommé en 1736. Les Sulpiciens en furent les premiers missionnaires et curés. Depuis 1775, la paroisse a été dirigée par des prêtres séculiers. Les registres de la paroisse s'ouvrent en l'année 1736. Érection canonique: 9 avril 1834. Érection civile: 3 janvier 1846. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, pages 336 et 1113. La municipalité du Sault-au-Récollet, comprenant la paroisse telle qu'érigée canoniquement, a été érigée en vertu de l'Acte 8 Vict. chap. 40, le 1er juillet 1845. La municipalité du village du Sault-au-Récollet a été érigée le 11 avril 1910. Voir Gazette Officielle de 1910, page 886. Le village du Sault-au-Récollet, situé sur la rive sud de la rivière des Prairies, a été érigé en ville le 19 février 1914, en vertu de l'Acte 4 Geo. V, chap. 95. La paroisse du Sault-au-Récollet fut constituée en ville sous le nom de «Montréal-Nord», le 5 mars 1915, en vertu de l'Acte 5 Geo. V, chap. 108. La charte de la ville de Montréal-Nord a été amendée en vertu de l'Acte 8 Geo. V, chap. 95, en 1918. Depuis 1897, les municipalités suivantes ont été détachées du Sault-au-Récollet: le village d'Ahuntsic, le 21 janvier 1897; le village de Villeray, le 30 septembre 1896 et le village de Saint-Joseph-de-Bordeaux le 21 mars 1898. Le nom de «Sault-au-Récollet» fut donné au dernier sault de la rivière des Prairies, non loin de l'église paroissiale, parce que le Père Nicolas Viel, récollet, y fut noyé par trois sauvages hurons, en 1625, avec son néophyte, Ahuntsic. Le nom s'est ensuite étendu à toute la paroisse. Pop. 4,761. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.73)