Saguenay (Saint-Alphonse)

Paroisse: Saint-Alphonse
Municipalité: Saguenay
MRC/Territoire équivalent: Saguenay
Diocèse: Chicoutimi
Adresse: 864, rue de la Fabrique, Saguenay
Coordonnées: 48.341238, -70.880452
Ouverture des registres: 15 mars 1858

Histoire:
Comté et diocèse de Chicoutimi. Desservi par voie de mission de 1839 à 1854, date de la nomination du premier curé résidant. Les registres de la paroisse s'ouvrent en l'année 1857. Érection canonique: 31 août 1857. Érection civile: 28 janvier 1858. Le territoire de cette paroisse est le même que celui de la municipalité du canton de Bagotville, laquelle a été érigée en vertu de l'Acte 22 Vict. chap. 69, le 4 mai 1859. Ce territoire comprend une partie des cantons de Bagot et de Chicoutimi. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, pages 113 et 1173. La municipalité du village de Bagotville a été érigée le 1er février 1876, en vertu de l'Acte 39 Vict. chap. 45. Le village de Bagotville est construit au fond de la Baie des Ha! Ha! et il est le terminus actuel du chemin de fer «Roberval-Saguenay». Le nom du canton de Bagot rappelle la mémoire de Sir Charles-Bagot, gouverneur général du Canada de 1842 à 1843. Ce gouvereur est certainement le plus populaire que l'Angleterre nous ait envoyé. D'après plusieurs auteurs, la Baie des Ha! Ha! a été ainsi nommée parce que les premiers français qui l'explorèrent, la prenant pour la continuation du Saguenay, furent surpris de la trouver sans issue; d'où le nom et le cri de Ha! Ha! D'après Monsieur A.D. Decelles, l'exclamation Ha! Ha! s'emploie dans les anciens lexiques pour désigner un passage sans issue, une impasse. Il y avait à Paris au dix-septième siècle, une rue des Ha! Ha! Or, la baie en question, qui est une sorte de lac uni au Saguenay, par un étroit goulot sans autre issue, mérite bien le nom qu'elle porte. Pop. 3,000. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.194)

Le 1 janvier 2003, les paroisses Notre-Dame, Saint-Édouard et Saint-Marc sont supprimées et rattachées à Saint-Alphonse.

Curés/vicaires/missionnaires:

Léandre Gill 1854-1856 (1er curé)
Lucien Otis 1856-1861 (2e curé)
Pierre Boucher 1861-1864 (3e curé)
François Xavier Morin 1864-1867 (4e curé)
Narcisse Gauvin 1867-1869 (5e curé)
Georges Potvin 1869-1871 (6e curé)
Pierre Hubert Beaudet 1871-1880 (7e curé)
Joseph Sirois 1880-1898 (8e curé)
Marie Hubert Henri Cimon 1898-1921 (9e curé)
Arthur Gaudreault 1921-1947 (10e curé)
Joseph Bouchard 1947-1962 (11e curé)
Elzéar Grenon 1962-1969 (12e curé)
Raoul Lemieux 1969-1971 (13e curé)